Stultus ludos (Jeux de dupes)

galériensIl y a dans la galère royale, des rameurs bien énigmatiques. Ils affichent des visages angéliques diurnes, aussi brillants que le phoebus. A l’aise dans les luxueuses cales de la trière, ils miment nonchalamment quelques coups de rame pour donner le change. Mais la nuit tombée, ils retrouvent toute leur vigueur, pour ramer à contre-courant pour les uns. Pour délester la cargaison de grosses quantités d’or, d’épices et de victuailles appétissantes pour les autres.Ils rêvent tous de devenir Crésus, Néron ou César, entourés de jeunes éphèbes et de langoureuses hétaïres. Dans la lugubre pénombre, leurs silhouettes ressemblent à de beaux diablotins, conspirant pour déclencher la mutinerie et s’emparer du navire.

Au petit matin, ils se remettent à la tâche devant le Roi et ses courtisans, échangeant des regards complices en jurant fidélité à sa Majesté. Dès que l’occasion se présente, on les surprend à célébrer des messes basses aux sermons funestes. Au détour d’un murmure, on découvre ébaubi, qu’ils projettent d’occire tout royaliste qui les démasquerait, ou en serait même soupçonné. Guillotine, potence et cimeterre sont exposés sur le pont,  pour terrifier ou raccourcir tout curieux contrariant.

A la vue de ces instruments de mort, galériens et flibustiers jouent les aveugles, sourds et muets.  Bien craintifs de risquer leurs modestes têtes, devant des inquisiteurs sans foi ni loi, prompts à vous pendre haut et court sans autre forme de procès. Il vaut mieux recevoir une maigre pitance et un peu de bigaille, que de perdre sa tête.D’illustres têtes de courtisans ne sont-elles pas déjà tombées, sans aucune émotion royale. A croire que la couronne est indifférente ou insensible à toute cette agitation à peine voilée. Nul ne saurait le dire. D’aucuns se disent qu’il ne faut pas être plus royaliste que le Roi. Ils espèrent ardemment que sa Majesté retrouvera toute sa lucidité tôt ou tard, pour anéantir les conspirateurs.

Quelques badauds assis au bord de l’océan, observent cette étrange galère secouée par les vents et les vagues. Elle semble en perdition dans des eaux agitées et l’ouragan qui pointe à l’horizon. Habitués aux vives réactions royales, des pirates intéressés sont sur le pied de guerre.Ils lorgnent vers ce riche butin,  prêts pour l’abordage. Pour le moment ils ont comme devise stratégique : « Custodi et spera »(Regarder et attendre).
Nota Bene : toute ressemblance avec des faits réels n’est que pure coïncidence.

 

 


Répondre

ViZioon |
nticguibarka |
FAN DES MANNEQUINS HINDSGAUL |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | zone229
| génération digital
| l'Oeil de BingO