Présidentielle 2016 : le CND se prononce pour une limitation des mandats et le retour au scrutin à deux tours

Les responsables politiques gabonais ont également été pour le maintien du septennat présidentiel au lieu du quinquennat. Concernant la question du retour à deux tours de l’élection présidentielle, 31 délégués sur 49 présents y ont été favorables, soit 63,27% des suffrages.

12191082_702121909922450_7078826328746816141_n-8fa46 dans actualité Quelques leaders de l’opposition présents à la clôture de cette session

Le vote sur la durée du mandat présidentiel à 7 ans, a recueilli l’adhésion de 33 délégués sur 51 délégués ayant pris part au vote, soit 64,70%. Les délégués ont également étendu la proposition du scrutin à deux aux élections législatives. L’élection à un tour à toutes les élections politiques au Gabon (locales, législatives, et présidentielle) fût décidée en 2003 sous Omar Bongo.

S’agissant de l’âge limite à la candidature à l’élection présidentielle, les délégués ont placé la barre à 80 ans. Le verrou de limitation d’âge à l’élection présidentielle avait été également levé en 2003. Le CND fait également obligation au président de la République, élu de nommer son vice-président 48h après sa prestation de serment. Le Gabon n’ayant à ce jour, pas de vice-président depuis l’arrivée au pouvoir d’Ali Bongo pourtant prévu par la Constitution.

Au terme de cette session, les conseillers ont mis en place deux commissions ad hoc, l’une chargée d’organiser un dialogue national et l’autre pour réfléchir sur la fiabilité de la biométrie dans le processus électoral.

Dirigé par l’opposant modéré, Séraphin Ndaot Rembogo, le CND a été réactivé en février dernier par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. Il est un espace dans lequel la classe politique discute des grandes questions concernant la vie politique de la nation.

Reste à savoir comment et quand ces recommandations vont être applicables, si le gouvernement et le président Ali Bongo vont pouvoir les intégrer rapidement aux processus électoraux en cours ou si celles-ci resteront finalement lettres mortes. Le CND qualifié de « coquille vide » par ses détracteurs, tient là le moyen de prouver son importance et l’effectivité de ses mesures consensuelles pour une vie politique apaisée.

Article de la rédaction d’info241


Archive pour novembre, 2015

Présidentielle 2016 : le CND se prononce pour une limitation des mandats et le retour au scrutin à deux tours

Les responsables politiques gabonais ont également été pour le maintien du septennat présidentiel au lieu du quinquennat. Concernant la question du retour à deux tours de l’élection présidentielle, 31 délégués sur 49 présents y ont été favorables, soit 63,27% des suffrages.

12191082_702121909922450_7078826328746816141_n-8fa46 dans actualité Quelques leaders de l’opposition présents à la clôture de cette session

Le vote sur la durée du mandat présidentiel à 7 ans, a recueilli l’adhésion de 33 délégués sur 51 délégués ayant pris part au vote, soit 64,70%. Les délégués ont également étendu la proposition du scrutin à deux aux élections législatives. L’élection à un tour à toutes les élections politiques au Gabon (locales, législatives, et présidentielle) fût décidée en 2003 sous Omar Bongo.

S’agissant de l’âge limite à la candidature à l’élection présidentielle, les délégués ont placé la barre à 80 ans. Le verrou de limitation d’âge à l’élection présidentielle avait été également levé en 2003. Le CND fait également obligation au président de la République, élu de nommer son vice-président 48h après sa prestation de serment. Le Gabon n’ayant à ce jour, pas de vice-président depuis l’arrivée au pouvoir d’Ali Bongo pourtant prévu par la Constitution.

Au terme de cette session, les conseillers ont mis en place deux commissions ad hoc, l’une chargée d’organiser un dialogue national et l’autre pour réfléchir sur la fiabilité de la biométrie dans le processus électoral.

Dirigé par l’opposant modéré, Séraphin Ndaot Rembogo, le CND a été réactivé en février dernier par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. Il est un espace dans lequel la classe politique discute des grandes questions concernant la vie politique de la nation.

Reste à savoir comment et quand ces recommandations vont être applicables, si le gouvernement et le président Ali Bongo vont pouvoir les intégrer rapidement aux processus électoraux en cours ou si celles-ci resteront finalement lettres mortes. Le CND qualifié de « coquille vide » par ses détracteurs, tient là le moyen de prouver son importance et l’effectivité de ses mesures consensuelles pour une vie politique apaisée.

Article de la rédaction d’info241

ViZioon |
nticguibarka |
FAN DES MANNEQUINS HINDSGAUL |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | zone229
| génération digital
| l'Oeil de BingO