Au gnouf les bandits en col blanc

criminels 1Les délinquants en col blanc sont légion au Gabon. A la différence des pays occidentaux où ils font partie de la classe des capitaines de l’industrie et de la haute finance, sous nos tropiques, on les compte nombreux parmi les membres des différents gouvernements, dans la haute administration publique, le club très fermé des patrons des sociétés parapubliques et autres bénéficiaires des marchés publics. Ils sont facilement identifiables grâce à leur enrichissement à la vitesse grand V. Souvent d’origine modeste, ils roulent carrosse et vivent dans des villas cossues. Leur immense fortune ne provient que des caisses de l’Etat qu’ils pillent allègrement sans trop se soucier des conséquences néfastes de leurs crimes sur l’économie et le développement du pays. Et encore moins des sanctions pénales qu’ils encourent. lire la suite

Derniers commentaires

Articles récents

Haro sur les imposteurs du sacré

faux pasteursLes néo pasteurs font régulièrement la une de l’actualité pour des actes que réprouve l’église. Ils nous font découvrir la face cachée et immonde des ministres du culte. Les compromissions avec le pouvoir temporel, les crimes à caractère rituel à l’intérieur des temples, la pédophilie, les viols, l’adultère, les escroqueries en tout genre, sont autant de méfaits et péchés auxquels ils nous habituent. De facto, ils désacralisent leur mission divine et poussent certaines de leurs ouailles à se détourner de Dieu. lire la suite


Ma réponse à l’article « Peut-on succéder à El Capo de son vivant? » paru dans EDN n°426

Dans votre dernière parution n°426 du vendredi 31 mars 2017, en page 5, sous le titre « Peut-on succéder à El Capo de son vivant? », signé par un certain Stephen Jean Landry(?), vous posez en termes déshonorants et indignes pour ma personne, le problème de la succession de René Ndemezo’Obiang(RNO) dans le clan Essandone de Bitam. Certains frères et moi sommes traités de comploteurs et de pieds nickelés, obligés d’aller faire leur coulpe et allégeance jeudi 23 mars au domicile du patriarche. Nous nous serions même engagés à aller lui présenter des excuses publiques à Bitam. Cette démarche serait consécutive à son retour en force dans la galaxie présidentielle et notre tentative infructueuse d’entrer dans le gouvernement Issozet, doléance faite à M. Léon Nzouba, auprès duquel nous aurions cassé du sucre sur le dos de M. Pastor Ngoua Nneme. Je me dois de répondre à ces incongruités  qui n’honorent pas leurs auteurs. lire la suite

Les agents de CIM Gabon craignent la fermeture imminente de l’entreprise

  • Les agents de CIM Gabon craignent la fermeture imminente de l’entreprise dans actualité
    Une vue de la récente usine d’Owendo, inaugurée en juin 2016 © 2017 D.R./Info241

Il n’y aurait pas que le secteur pétrolier gabonais qui broierait actuellement du noir. Le Syndicat national des travailleurs des carrières (Synatrac) de CIM Gabon (CIMAF Gabon) est monté au créneau lundi pour dénoncer l’épée de Damoclès qui plane sur les emplois au sein de cette société spécialisée dans la production de ciment. Cette situation serait due, selon les syndicalistes, à un manque de régulation du secteur par les autorités gabonaises. lire la suite

Articles plus anciens

Ouverture du Dialogue national, discours du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba

Communiqué final du Conseil des ministres du 27 mars 2017:

Gabon : 600 milliards FCFA d’argent public perdus dans des paiements frauduleux

Les nouvelles « cyberarnaques » africaines(analyse Olivier Dumons et Joan Tilouine)

GABON/CAMEROUN : LE GABON FERME TOUTES SES FRONTIERES TERRESTRES AVEC LE CAMEROUN

BGFI Bank a-t-elle perdu 2 milliards lors d’une attaque informatique ?

ViZioon |
nticguibarka |
FAN DES MANNEQUINS HINDSGAUL |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | zone229
| génération digital
| l'Oeil de BingO